27Mai
Christian Vachon
Histoire

Dans l’antre des livres sulfureux

Elle a ce rare privilège, Pierrette Lafond, d’être revenue d’une descente aux Enfers. Plus heureuse qu’Orphée, qui n’a pu ramener son épouse Eurydice, elle y vit d’instructives péripéties qu’elle dévoile, ce printemps, dans Promenade en Enfer :  Les livres à l’Index de la bibliothèque historique du Séminaire de Québec, édité chez Septentrion, un magnifique tour guidé, et imagé, dans les antres des bouquins sulfureux.

Quelle stupéfaction, chez Pierrette Lafond, responsable des services documentaires, au Musée de la civilisation de Québec, en découvrant, en 1995, parmi cette bibliothèque historique du Séminaire de Québec, que son employeur vient d’acquérir, une section d’ouvrage mis à l’Index (le vénérable appareil censorial de l’Église catholique, dont l’existence s’est achevée à peine trois décennies auparavant, en 1966) !  L’attrait de l’interdit se révèle, on s’en doute, aussitôt irrésistible pour cette grande amoureuse des livres.

Elle en fait l’exploration durant ses pauses du midi.  Puis, en se livrant à un inventaire méthodique de ces 603 volumes « damnés » (détaillé au chapitre 3 : « Premier portrait d’une collection « interdite »), elle s’aperçoit qu’ils nous offrent un témoignage inouï sur la censure ecclésiastique. Lui vient alors l’idée géniale d’en faire un sujet de maîtrise. Ce volume en est le fruit. Il conserve tous les attraits de son mémoire (c’est du solidement documenté et argumenté), et, un peu, les défauts (la narration est quelque peu poussive et scolaire), mais s’y ajoute, toutefois, ce charme supplémentaire :  des dizaines et des dizaines de splendides illustrations.  Jamais visite des Enfers n’aura été aussi resplendissante et racoleuse.

Elle a bien d’autres mérites cette tournée infernale. Pierrette Lafond nous force à nous interroger :  comment ces livres se sont-ils retrouvés là ? Comment s’est constituée cette collection « d’ouvrages dangereux » du Séminaire, entre les années 1670 et 1920 ?

L’astucieuse détective, déterminée à retracer le parcours de « l’objet-livre », déniche plusieurs indices lors de son enquête, qu’elle expose au chapitre 5 (« La vie du livre avant l’Enfer).   Elle témoigne, entre autres, de cet « élément de surprise », lors de son inventaire du corpus :   la présence nombreuse, parmi les bouquins, « d’ex-libris », de « signes d’appartenance ».   Il devient alors aisé de suivre « la vie du livre avant l’Enfer », et son possesseur précédent est plus souvent qu’autrement un membre du clergé, des hommes qui, comme cet Antoine Parant (1788-1855), fasciné (un peu trop ?) par la doctrine protestante, avec ses 37 ouvrages, prétendent s’outiller pour leur combat contre l’hétérodoxie.

Autre aspect élogieux :  Pierrette Lafond invite à un « dialogue intime avec le livre censuré », détaillant ces autres « traces, marques et stigmates » (le chapitre 4) qu’elle retrouve à l’intérieur des volumes, des inscriptions et annotations du censeur (présentent dans plus de la moitié des titres) tentant d’identifier l’auteur d’un bouquin anonyme, d’en retracer la provenance, ou tout simplement un jugement censorial :  « mauvais livre », « janséniste », ou cette phrase dans ce Résumé de l’histoire de France (1823) de Félix Bodin, « méprisable production remplie d’impiétés ».  On y retrouve même, parfois, le châtiment pour le lecteur.   L’ancien possesseur d’un Book of Common Prayer de l’Église d’Angleterre, en plus de subir la perte de son volume, désormais remisé dans l’Enfer de la bibliothèque, doit aussi tenir « 13 jeûnes lors de l’année », avec « 40 jours de carême & quelques autres ».

Pourquoi ces livres sulfureux sont-ils préservés ?  Quel usage l’Église entend-elle en faire ?    On peut risquer cette réponse :  écarté de la masse des fidèles catholiques,  « ses pensées séditieuses rendues muettes », l’ouvrage «incarcéré » représente alors «une mémoire pour prouver l’égarement de l’esprit humain ».

Avec le temps, elle a un effet à double-tranchant la censure, elle accorde une postérité à des ouvrages souvent oubliables.  Il n’y a qu’à parcourir la liste, décevante pour l’amateur de scandale, des titres de cet Enfer du Séminaire de Québec,  une liste qui nous laisse pensifs, sinon indifférents ; des ouvrages fort majoritairement consacrés à des débats théologiques (jansénisme et autres) nébuleux pour le lecteur d’aujourd’hui, des écrits anticatholiques, souvent écrits en anglais, des interprétations non autorisées de la Bible, qui ne suscitent plus guère la perdition d’âmes depuis longtemps éloignés des « lumières de l’Église ».

Le nombre infime, deux titres à peine sur les centaines, d’ouvrages vaguement érotiques semble aussi indiquer qu’on ne prenait aucun risque avec ce genre de littérature trop « aguichante » : c’était la destruction pure et simple.

Les censeurs (ceux d’aujourd’hui, les clergés en  « –isme », ont-ils substitué aux exigences de l’âme d’autrefois celui de la rectitude ?) tardent à le comprendre :  ils ne font que nourrir la fascination de l’interdit.

Promenade en Enfer :  Les livres à l’Index de la bibliothèque historique du Séminaire de QuébecPierrette Lafond, Septentrion.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires habituels

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Juillet et août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Loretteville

  • 10885, Boulevard de l'Ormière
  • Québec (QC) Canada
  • G2B 3L5
T 418 380-5716 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires

Lundi: 13h-22h
Mardi: 13h-22h
Mercredi: 13h-22h
Jeudi: 13h-22h
Vendredi: 13h-22h
Samedi: 13h-22h
Dimanche: 11h-19h

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo