23Mar
Christian Vachon
Loisirs

Délices glacés pour les mordus de hockey

Les féroces confrontations Boston-Montréal en séries, les échanges qui font éternellement jaser, les gagnants de la coupe Stanley « qu’on voyait pas venir » : voilà de multiples délices glacés pour les mordus de hockey, voilà les mets à dévorer des Faits saillants du match : les 100 ans de la LNH, une publication hivernale des Presses de l’Université Laval. Il s’agit de l’ouvrage d’un fin connaisseur de hockey, Simon Grondin, « réalisé par devoir de mémoire et de plaisir », le plus inédit, le plus pertinent des hommages à cette ligue professionnelle sportive en cette année 2017 du centenaire.

L’universitaire, membre de la Société internationale de recherche sur le hockey, nous offre en guise d’apéritif un historique de cette LNH sous l’angle des métamorphoses. Une simple instauration d’une règle, comme celle de la ligne rouge dans les années quarante, peut dynamiser le jeu. La ligue est en quête constante de stabilité (à l’exception d’une très longue période, entre 1942 et 1967, « dans l’temps qu’avait six clubs »). Saviez-vous que « Pittsburgh, Philadelphie et St-Louis ont goûté à la LNH bien avant la grande expansion de 1967 »? « Il y a bien de la stabilité au sein de la Ligue, en ce début du XXIe siècle, mais celle-ci s’avère difficile à maintenir ». Que reverrons-nous d’abord? Les Nordiques ou une coupe Stanley à Montréal ou à Toronto?

Simon Grondin nous ravit ensuite avec ce chaud chapitre sur les séries Montréal-Boston. Trente-deux! « Trente-deux fois une équipe orgueilleuse a dû plier l’échine devant ledit ennemi juré ». Une rivalité motivée par la proximité, par l’excellence des deux équipes multipliant « les chances que leurs routes se croisent lors des parcours printaniers », une rivalité angoissante et douloureuse pour un fanatique « Canadien Hater » comme moi. Après la demi-finale de la saison 1942-1943, remportée quatre matchs contre un par Boston, il faudra attendre 45 ans (et 18 séries perdues!), et cela même avec Orr, Esposito, Cashman…, avant de revoir les Bruins battre le Canadien lors de séries éliminatoires. Mon pire cauchemar à vie, je l’ai vécu, devant le téléviseur familial, au printemps 1979, lors du septième match d’une demi-finale. Il reste deux minutes 34 à la partie, les Bruins mènent 3 à 2. L’arbitre siffle une pénalité de banc à Boston (imbécile de coach Don Cherry) « pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire ». Lafleur va marquer, puis Lambert en prolongation. « The Horror. The Horror ».

C’est la fin d’une époque, de l’âge d’or du Canadien heureusement. Après cette coupe gagnée en 1979, l’entraîneur Scotty Bowman, les joueurs Lemaire, Cournoyer, Dryden vont soit quitter le club ou prendre leur retraite. Boston et Montréal vont tout de même continuer à s’affronter fréquemment en séries, les Bruins réussissant même à en gagner quatre de suite dans les décennies 80-90. Va-t-on vivre un trente-troisième duel lors des « playoffs » 2017?

« Feriez-vous ces échanges? », nous interpelle Simon Grondin au chapitre suivant. Le mémorialiste s’attarde sur ces cas particuliers où des échanges contribuent « à propulser des équipes vers de nouveaux niveaux d’excellence », et ces autres cas « où le fait de « virer la cabine à l’envers » ne s’avère en bout de piste qu’un coup d’épée dans l’eau ».

Il est question, bien sûr, des inévitables transactions impliquant Gretzky, Lindros, Patrick Roy, mais l’expert Grondin nous dévoile que bien d’autres, dans l’histoire de la LNH, ont des conséquences tout aussi importantes, celles, par exemple, menant à l’arrivée d’un Aurèle Joliat chez le Canadien dans les années 20, ou d’un Johnny Bucyk, à Boston en 1957, ou des Fred Stanfield, Ken Hodge et Phil Esposito (tous venant des Black Hawks!), dans le même club en mai 1967.

Simon Grondin nous remémore aussi les multiples coups pendables du clairvoyant Sam Pollock (celui, entre autres –Backstrom livré aux Kings –, qui va permettre de repêcher Guy Lafleur en 1971) formant la puissante équipe du Canadien de la fin des années 1970, en exploitant par des transactions à la limite du loufoque le besoin urgent des équipes de l’expansion.

On traite aussi du « magasinage d’avant-séries » (une tradition débutant avec l’arrivée fructueuse – quatre coupes Stanley consécutives – au mois de mai 1980 de Butch Goring chez les Islanders), de ces petits échanges qui, « mine de rien », peuvent avoir « une immense influence à court terme » (la venue, par exemple, d’un Antoine Vermette chez les Black Hawks à la fin de février 2015 : trois buts gagnants en série, dont deux en finale). Enfin, il nous fait ce petit clin d’œil : « Qui se rappelle que Guy Lapointe a terminé sa carrière à Boston, et Serge Savard à Winnipeg? ».

Le professeur à l’École de Psychologie de l’Université Laval nous narre, au chapitre 4, les péripéties de ces clubs qui furent « à un cheveu de ne pas gagner la coupe », des histoires vibrantes d’intensité qui nous rappellent qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. On songe certainement à cette 24e coupe du Canadien de 1993 qui réussit l’impossible en remportant dix matchs consécutifs en prolongation. Il faut aussi célébrer cette finale de la coupe Stanley remportée par les Rangers contre les Maroons, en 1928, des Rangers qui, parce que le cirque Barnum and Bailey est installé au Madison Square Garden, ont dû disputer tous leurs matchs à Montréal. Pour la première fois, une équipe adverse met la main sur la coupe au Forum, « cela ne se reproduira que 61 ans plus tard ». Soulignons également ces Flames de Calgary de 1989 « qui sont venus à un cheveu – ou à un poil de moustache de Lanny Macdonald – de ne jamais gagner une seule ronde », ou de ces Kings de 2013-2014 qui vont remporter les sept matchs au cours desquels ils font face à l’élimination. Instructif chapitre, qui nous remémore que les Maple Leafs (c’était avant les années 1970) ont déjà eu une époque glorieuse.

Simon Grondin s’amuse enfin à titiller nos connaissances dans les derniers chapitres. Il nous défie d’abord « par décennie ». Quel joueur établit en 1921-1922 le record pour le plus de matchs consécutifs avec au moins un but? Qui est le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH (il jouera son premier match en 1942)? Qui sont les membres de la Pony Line? Quels joueurs forment le Goal-A-Game Line en 1971-1972? Qui détient le record pour le plus grand nombre de buts lors d’une même série? Quels sont les deux seuls joueurs à avoir disputé un record de 86 parties en saison régulière? Plus récemment, qui sont les joueurs des Panthers de la Floride qui reçoivent le trophée Calder en 2013 et en 2015?

Il lance des défis « par catégorie » en conclusion, posant des questions sur « des débuts fracassants » (non, ce ne fut pas Maurice Richard qui remporta le Calder lors de sa première saison, en 1942-1943, mais un certain Gaye Stewart (!) avec ses 47 points en 48 matchs), les records par position, les séries éliminatoires, les gagnants de plusieurs coupes Stanley, les premières équipes d’étoiles « au sommet des sommets » (« En 1974-1975, quatre joueurs nés au Québec, membres de quatre équipes différentes, composent la 1ere équipe d’étoiles. Dites qui sont ces joueurs et pour quelle équipe ils évoluaient? ») et des « trucs en vrac ». Un dernier challenge donc, un classique des classiques : « Quel est le prénom des six frères Sutter qui ont joué en même temps dans la LNH? ». Brent, Ron,… Savoureux! À dévorer immédiatement!

À consulter :

— Simon Grondin, Les faits saillants du match :  les 100 ans de la LNH, Les Presses de l’Université Laval.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Temps des Fêtes (novembre / décembre)

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Hiver (janvier à mars)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaire régulier

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Temps des Fêtes (décembre)

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Été (juin à août)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo