22Juin
Christian Vachon
Histoire

La guerre sans haine de Jean Brillant

« Demeurer humain dans des conditions inhumaines », c’est le défi qu’affronte quotidiennement, dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, le héros du Dernier assaut :  La vie du lieutenant Jean Brillant, VC, MC, publié, cet hiver 2020, chez l’éditeur québécois Septentrion, une biographier rigoureuse et soignée de Luc Bertrand qui nous incite à comprendre comment un Canadien français, à l’instar d’une dizaine de milliers d’autres de ses compatriotes, s’est senti interpellé, s’est porté volontaire pour une guerre lointaine, sans haine de l’ennemi, un remarquable essai remettant en valeur la participation non négligeable des Québécois francophones à la Grande Guerre de 1914-1918.

Il fut un personnage popularisé, à son époque, le lieutenant Jean Brillant, rare médaillé de la Croix de Victoria (l’un des seuls Canadiens français à l’être, avec le caporal Joseph Kaeble et le major Paul Triquet), pour son « extraordinaire bravoure », menant à sa mort, lors de ce « dernier assaut » contre l’ennemi allemand, en août 1918.  Son évocation s’est, toutefois, estompé avec le temps.  Il est maintenant méconnu pour la plupart d’entre nous, ayant été le héros d’une guerre impopulaire, bravant, en soldat, les tranchées germaniques, plutôt, qu’en déserteur, « l’autorité fédérale anglophone ».

Le personnage captive pourtant Luc Bertrand depuis son adolescence, depuis que son regard, lors d’une visite au Musée du Royal 22e  Régiment, à la Citadelle de Québec, a croisé la photo de militaire médaillé, à l’air noble, «calme et réfléchi », dans une vitrine.  Sa passion allant grandissante, à l’âge adulte, il met la main sur un recueil de lettres de l’officier Brillant (une riche source, pratiquement inexploitée), et part même à la rencontre de neveux et nièces, afin de recueillir des confidences sur l’oncle.

Déjà,  en 2015, il esquisse sa vie dans son Trois histoires de bravoure : Le Canada français et la Croix de Victoria, publié  aux Presses de l’Université Laval.  Il nous offre, aujourd’hui, dans ce Dernier assaut, le parcours complet de ce combattant, un récit nuancé et bouleversant, le récit d’un homme résolu à faire son devoir, mais traînant un « fardeau moral qui ne le quitte plus », un « sentiment de culpabilité qu’il éprouve à l’égard de ses parents, affligés par sa décision de s’enrôler ».

Elle est un peu imparfaite, cette correspondance de l’officier Brillant.  Le portrait de la vie quotidienne dans les tranchées est « visiblement destiné à apaiser l’angoisse de ses proches plutôt qu’à l’attiser ».  Luc Bertrand pallie à cette « autocensure » du lieutenant en nous livrant de multiples détails sur ce qu’était cette existence de combattant.  En fait, ce que nous avons entre les mains,  c’est une synthèse éclairante, exhaustive sur le rôle, les défis, les misères des volontaires canadiens-français dans cette guerre.

Attardons-nous, enfin, sur la brève vie de cet homme honorable.   Natif (en 1890) de la vallée de la Matapédia, jeune homme à l’esprit aventureux, partageant son temps entre ses deux passions : son métier de télégraphiste et son régiment de la Milice (l’armée de réserve),  Jean Brillant s’engage, comme lieutenant, au début de l’année 1916, pour le service outremer.

Affecté au 22e Bataillon, il débute sa guerre, en France, au mois d’octobre 1916.  Pour les paysans français qu’il croise, il est un objet de curiosité :  « nous sommes pour eux des animaux rares.  Ils n’en reviennent pas que nous parlons français, qu’ils nous comprennent et que nous les comprenons ».

Il mène une guerre implacable, mais sans haine, contre un ennemi formidable : «il faut admettre qu’ils ont fait une lutte héroïque, leurs soldats croient se battre pour la justice comme nous le croyons nous-mêmes,… et je ne crois pas qu’il faut les haïr ».  Il se préoccupe du bien-être de sa compagnie.  Il a tous les qualités d’un leader.  « Il agit, il inspire et, ce faisant, il commande ».  Pourtant, il ne monte pas en grade.

C’est qu’il n’est pas un combattant sans tort ni reproche, souffrant, en outre, de «petites persécutions ».  « Ses 22 mois passés en Europe ne sont pas dépourvus de moments pénibles, voire humiliants (notamment une longue hospitalisation, au mois de mai 1917, l’obligeant à abandonner ses hommes, pour traiter une gonorrhée) et qui, pendant un temps, semblent compromettre une carrière jusque-là prometteuse.  Sans imputer à ces incidents la cause de sa stagnation au rang qu’il conservera tout au long de son service actif, celui de lieutenant, il n’est pas difficile d’en saisir l’influence ».

La postérité, et ce n’est que justice, va s’en tenir à ce moment héroïque le définissant le mieux, ce dernier assaut du 9 et 10 août 1918, près d’Amiens, en France.  Le lieutenant Brillant mène, avec ses hommes, une percée,  menant à l’écroulement définitif du front allemand, à Wiencourt-l’Équipée et à Méharicourt, une course de plus de huit kilomètres, effectuée sans soutien d’artillerie ni de char.  Il va subir plusieurs blessures, mortelles.  Le lieutenant-colonel Thomas-Louis Tremblay note dans son journal :  « les exploits de Brillant, le commandant de la compagnie « B » qui s’est distingué d’une façon extraordinaire toute la journée, font sensation ».

On lui attribue, à titre posthume, le 27 septembre 1918,  la Croix de Victoria, la plus haute distinction militaire.  Un parc à Montréal, une rue dans l’ancienne ville de Sainte-Foy, à Québec, portent son nom, timides rappels, des gênants anachronismes « d’une époque qu’on s’efforce d’oublier » pour une partie de la population,  du courage de ce militaire .  Le récit, plein d’humanité, de Luc Bertrand n’en est que plus méritoire.

–  Le dernier assaut : La vie du lieutenant Jean Brillant, VC, MC.  Luc Bertrand, Septentrion.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires d'été

Du dimanche au mercredi

9h30 • 18h00

Du jeudi au samedi

9h30 • 20h00

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires d'été

Tous les jours

9h30 • 19h00

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo