29Oct
Christian Vachon
Histoire

Les débuts franchement colorés de l’aventure acadienne

On connait bien mal, ici au Québec, l’histoire de nos voisins acadiens.  Tout au plus retient-on de leur épopée cet épisode tragique de la déportation de 1755.

Tout au plus retient-on de leur épopée cet épisode tragique de la déportation de 1755.  Mais voilà qu’enfin, sous la forme d’un invitant album illustré, une occasion d’en savoir plus sur le passé de cette nation francophone s’offre à nous : Les premiers pas de l’Acadie – 1604-1713, publié chez l’éditeur Perce-neige, du Nouveau-Brunswick, un survol, en quelques brefs, mais éloquents, chapitres, des débuts colorés de l’aventure acadienne.

 

L’autrice, Caroline St-Louis, une fille du Québec qui a tenu une chronique historique (d’où s’inspire ces récits) dans le quotidien L’Acadie nouvelle, nous révèle à l’aide de seize premières (premier club social, premières familles, première héroïne,…) que le passé de cette colonie française en Amérique, plus vieille que la Nouvelle-France, n’est pas fait que de malheurs, loin de là,  et qu’il s’est produit, à l’inverse, bien des événements insoupçonnés, audacieux, créateurs en Acadie.

Ils sont déterminés ces Acadiens, et ils ont droit à notre respect.  Ils sont vulnérables, sans un immense golfe et un dangereux fleuve St-Laurent pour assurer leurs protections, face a`des voisins anglo-saxons très proches, trop proches, qui les forcent, dès 1613, à tout recommencer.  Une guerre civile meurtrière (soulignée en deux chapitres par Caroline St-Louis), née d’un conflit d’intérêts entre deux hommes ambitieux, prétendants au titre de gouverneur, entrave aussi le développement de l’Acadie dans les années 1640.  Conséquences de ces bégaiements violents :  la colonie, en 1671, ne compte que 392 habitants (alors qu’à la même époque, la Nouvelle-France, qu’on estime peu peuplée, accueille déjà  5 000 colons européens), s’acharnant sur des terres agricoles souvent recouvertes de sels marins.

Elle piétine cette Acadie, mais elle perdure et se distingue.  Une pièce de théâtre, une « première » en Amérique du Nord, une œuvre de Marc Lescarbot, sur un thème nautique, est montée à Port-Royal, en 1606.  Une fille d’Acadie, Anne Mius d’Entremont, devient même millionnaire, en 1728, héritant, à la mort de son mari Philippe Pastour de Costebelle, gouverneur de l’Île Royale (l’actuelle île du Cap-Breton), d’un riche domaine en France.

L’Église tient souvent un rôle d’honneur dans ces premières (le premier missionnaire, la première congrégation religieuse, la première religieuse, le premier baptême).  Il a joué un rôle influent, on ne peut le nier, le clergé catholique, pour préserver la nation acadienne à travers les intempéries du « Grand dérangement » d’après 1755.  Il encourage, entre autres, la tenue, le 15 août 1881 (jour de l’Assomption de la Vierge Marie, qui devient, de fait, la patronne du peuple acadien), à Memramcook, d’une première convention nationale des Acadiens.  C’est aussi un curé, l’abbé Marcel-François Richard, qui lors congrès suivant, à Miscouche, en 1884, propose le drapeau acadien qui sera adopté :  le tricolore de la République française, avec, dans son coin supérieur gauche, symbole distinctif de la Vierge Marie, une étoile jaune (un rappel de ce Ave Maris Stella, hymne national acadien), un inattendu, et fin, détournement religieux, peut-on dire, de l’oriflamme révolutionnaire, et passablement anticlérical, de 1794.

Nous devons également à un prêtre, l’archevêque de Moncton, monseigneur Norbert Robichaud, « appuyé par ses confrères ecclésiastiques », cette création, en 1955, du tintamarre acadien.  Sortant dans les rues, fracassant des casseroles, jouant de la trompette, les Acadiens, chaque année, le 15 août, rappellent, par leurs tapages, à leurs voisins anglais, et au reste du monde, qu’ils demeurent, encore et toujours, plus forts que jamais.

–          Les premiers pas de l’Acadie – 1604-1713.  Caroline St-Louis, Perce-neige.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires habituels

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Juillet et août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Loretteville

  • 10885, Boulevard de l'Ormière
  • Québec (QC) Canada
  • G2B 3L5
T 418 380-5716 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires

Lundi: 13h-22h
Mardi: 13h-22h
Mercredi: 13h-22h
Jeudi: 13h-22h
Vendredi: 13h-22h
Samedi: 13h-22h
Dimanche: 11h-19h

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo