6Déc
Christian Vachon
Biographies

L’histoire abracadabrante, mais vraie, du Noir qui infiltra le Ku Klux Klan

« Tout a commencé un jour d’octobre 1978 », ainsi débute l’incroyable aventure du Noir qui infiltra le Ku Klux Klan de Ron Stallworth, publiée chez Autrement (une traduction de Black Klansman : Race, hate, and the undercover investigation of a lifetime, un récit vrai qui a également inspiré le récent film de Spike Lee Blackkklansman, diffusé au Québec sous le titre Opération infiltration).

Ce jour là, l’inspecteur Stallworth, de la brigade des renseignements de Colorado Springs, premier Noir à occuper ce poste, parcourant les quotidiens à la recherche d’indications relatives à des activités subversives, tombe sur une annonce sortant vraiment de l’ordinaire : Ku Klux Klan : pour toute information BP 4771. Il s’amuse à y répondre. Deux semaines plus tard, le téléphone sonne : « Bonjour, je suis chargé de monter la section locale du Ku Klux Klan. J’ai reçu votre courrier. On peut se voir quand ? » Stallworth, ébranlé, songe : « Merde, et maintenant je fais quoi ? ». La mauvaise blague va se transformer en l’une des opérations d’infiltration les plus improbables de l’histoire.

 

 

Dès le départ, Stallworth avait bien des raisons de mettre un terme rapidement à ce jeu des plus ridicules. D’abord, il avait enfreint deux des règles essentielles d’une mission d’infiltration : « ne jamais se servir de son vrai nom » (comme il l’a fait en répondant à l’annonce), et « toujours avoir un plan d’action avant de s’engager ». Ensuite, détail loin d’être secondaire, comment faire pour rencontrer ce type ? « Comment un Noir peut se passer pour un suprématiste blanc ? ».

Va-t-il laisser tomber ? Non. Stallworth aime bien l’inhabituel, les défis. Ne fut-il pas, en 1974, le premier Noir diplômé du programme des cadets de la Police Academy de Colorado Springs, une ville de garnison de près de 250 000 habitants ?

Et puis, lui qui, dès l’école primaire, adopte la politique de la tolérance zéro face aux insultes et attitudes racistes, observe avec inquiétude le Ku Klux Klan reprendre son envol, à la fin des années 70, sous la direction d’un « Grand Sorcier », jeune et dynamique, David Duke, qui a entrepris de le « dédiaboliser », de le rendre « présentable ». Mais pour le Klan, policier ou non, le Noir demeure toujours « incompatible avec la société blanche ».

Stallworth ne peut donc faire autrement que de vouloir oser rencontrer son interlocuteur du Ku Klux Klan. Il enverra finalement son collègue Chuck, « brun et barbu ». « Ils ne sauront pas que tu es moi. Tu auras un micro. Tu seras le visage et moi, je serai la voix ».

L’opération réussit. Chuck, le « visage », se fait assermenter comme membre du Klan, tandis que les propos racistes de Ron, la « voix », au téléphone, impressionnent tellement par leur vigueur que David Duke, lui-même, désire prendre contact avec lui. Il va devenir un des interlocuteurs privilégiés du « Grand Sorcier », qui va l’appeler 2 à 3 fois par semaine pour lui expliquer ses projets, se questionnant ensuite, sans trouver, pourquoi les autorités policières semblent toujours les connaître « à l’avance » ? De son côté, Stallworth est prêt à reconnaître que, « à condition d’oublier l’idéologie racistes et toutes les sottises du KKK », Duke entretient une conversation « tout à fait agréable ».

Stallworth, audacieux de nature, demande même un jour, au « Grand Sorcier » Duke s’il ne craint pas de se faire piéger par un locuteur Noir ? « Je ne m’en inquiète aucunement. Vous, je vois bien que vous êtes un pur Aryen. Juste à votre façon de prononcer certains mots ou certaines lettres ». Et vlan ! pour les préjugés racistes.

Autre moment des plus extravagants : le 10 janvier 1979, Duke, menacé de mort, voit assurer sa sécurité, lors d’une visite à Colorado Springs, par le policier en service Ron Stallworth qui « fait son devoir » au risque de compromettre sa couverture. Ni Duke, ni l’entourage local du Klan, ne reconnaitront finalement sa voix.

Mais Stallworth a beau être en uniforme et en service, il conserve sa fierté et ses convictions intimes. « Face à David Duke, je ne pouvais éviter de me remémorer la mort de Martin Luther King. Ce moment m’appartenait à moi, pas au Grand Sorcier ni à ses sbires. David Duke était à ma merci, et clairement, il n’aimait pas ça ». Stallworth va parvenir à se faire prendre en photo, main sur l’épaule, avec Duke, le faisant tomber dans ce piège médiatique : « Regarde le Noir qui fricote avec lui »… « un très mauvais souvenir » avouera, par la suite, Duke, à son ami suprématiste blanc Stallworth, au téléphone.

L’infiltration permit de contrer les tentatives de recrutement du Ku Klux Klan dans les prisons, ainsi que ses projets de fusion avec les milieux survivalistes. Stallworth aide aussi les autorités militaires à identifier des membres du Klan employés au sein du NORAD, et ayant accès au contrôle du système de défense antinucléaire. Ils vont être transférés.

Mais, après quatre mois de « membership », le Klansman Stallworth n’obtient plus grand-chose de nouveau. L’infiltration cesse au mois d’avril 1979. Elle se termine en fumée. « Tout doit être détruit » sur Ron Stallworth, ce policier membre du Klan (on craint l’effet désastreux d’un agent prêtant serment au KKK).

Ron Stallworth va continuer à faire de l’infiltration pour les « stups » au sein des gangs « Crips » et « Bloods », en Arizona et en Utah, se familiarisant avec la culture Gangsta Rap, devenant même une sommité sur le sujet.

Il reste tout de même un héros, un champion, celui qui a ridiculisé le KKK, berné le « Grand Sorcier », celui qui a réduit en mille miettes les thèses racistes.

Le Noir qui infiltra le KuKlux Klan. Ron Stallworth. Autrement.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Janvier à juin • Septembre à novembre

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

De juin à août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo