7Sep
Christian Vachon
La librairie

Partir en vacances sur Venus et mille et une autres façons de mourir en devenant moins bête

Que se passerait-il dans votre corps si vous étiez frappé par une météorite ?  Ou si vous étiez coincé et comprimé par une bain de foule ?  Ou si vous preniez le bain le plus froid au monde ?  Vous vous garantissez, certainement, une mort des plus horribles et spectaculaires.  Mais «de quoi » ?

C’est à cela que tentent de répondre (et à plus de quarante autres scénarios de mort totalement extrêmes: sortir dans l’espace en t-shirt, faire un trou jusqu’en Chine et « sauter dedans », …) le journaliste Cody Cassidy et le physicien, diplômé du MIT, Paul Doherty dans Être avalé par une baleine et autres façons improbables de mourir, publié chez First (une traduction de And then you’re dead), du « délire trash », de la vulgarisation scientifique généreusement saupoudrée d’humour noir.  « Nous prenons le relais là où s’arrêtent les nécrologies même les plus éclairantes ».

Comment ?  Par l’étude d’expériences (ou d’autopsies) de casses-cou ou de malchanceux (comme ce type, dans l’ancienne URSS, qui croisa le chemin « d’un faisceau de particules » lors d’une expérimentation), par le pillage de revues médicales, par le dévoilement d’enquêtes militaires demeurées longtemps secrètes.

 

Parfois, lorsqu’aucun témoignage de première main n’existe, ou lorsqu’on atteint les « limites de la science » (en voulant mesurer les « dangers » de sauter dans un trou noir, ou des voyages dans le temps), on spécule.  « Si ça colle pas, faites-nous en part ».

On en retire des notions franchement instructives et renversantes sur notre environnement.  Entre autres, que la baleine, en couverture, ne risque guère de nous avaler (avec sa gorge de moins d’une dizaine de centimètres, nous sommes une friandise bien trop grosse pour elle), mais, avec sa bouche beaucoup plus spacieuse,  nous pouvons faire partie du gueuleton d’un grand cachalot, qui, grâce aux muscles de son ventre, va nous réduire «à un gros morceau de beurre de peanuts » en l’espace de quelques minutes, et, aussi, que les requins manquent d’un sérieux savoir-vivre à table (« Que se passerait-il si… vous vous faisiez attaquer par un grand requin blanc ? ») : ils déchirent, et arrachent, et avalent tout rond tout ce qu’on leur présente devant eux.

Cassidy et Doherty nous apprennent également qu’il n’y rien de drôle, surtout pour notre tête, à glisser sur une peau de banane (elle est deux fois « plus glissante » que la glace, et cinq fois plus que le bois), et que de se faire jeter « en sacrifice dans la fournaise d’un volcan » n’a rien d’effrayant… du moins dans les premières secondes : on flotte (la lave est dense)… avant d’entrer simplement en ébullition par la suite.

Cassidy et Doherty, en outre, nous avertissent d’être précautionneux en expérimentant certains appareils, comme cet « ascenseur en chute libre » (attendez-vous, au moment de l’impact, à tout un carambolage de vos organes), ou cette machine du docteur Frankenstein (les électrodes sur votre tête vous certifient un état de mort cérébrale en moins de huit minutes).

En plus de nous faire découvrir les pouvoirs étonnants de l’hypothermie (« Que se passerait-il si… vous étiez sur le Titanic sans pouvoir rejoindre un canot de sauvetage ? »), ce « froid qui commence par nous tuer, pour finir par nous sauver la vie », les deux vulgarisateurs américains nous enseignent que « entre ne plus manger et ne plus dormir, renoncez aux sandwichs » (« ne pas dormir vous tuera plus vite, et dans de plus atroces souffrances ») ; qu’être coincé dans une chambre froide (à -20 degrés) c’est plus qu’une bagatelle (dans moins de six heures, vos cellules vont cesser de fonctionner) et que ne pas quitter son lit durant des semaines, comme un Alexandre le Bienheureux, n’a rien d’un choix heureux (en moins de vingt-quatre heures vos muscles s’atrophient, vos vaisseaux sanguins se bouchent, vos cellules cérébrales se meurent : coma assuré).

Voyager dans l’espace est suicidaire, nous exposent Cassidy et Doherty. Si vous partez en vacances sur Venus, munissez-vous d’un bon parapluie (il pleut de l’acide sulfurique). Aller sur Jupiter, c’est beaucoup d’ennui en perspective (la pression, entre autres, est 1000 plus forte que sur Terre), alors que le Soleil est un hôte des plus accueillants qui prendra un malin plaisir, avec son champ magnétique, à vous étirer comme un spaghetti, à vous irradier ensuite, puis vous évaporer jusqu’au dernier atome.

Bien d’autres façons absurdes de mourir, tout en étant formatrices, vous sont proposes :  « Si… vous étiez une fourmi sous une loupe ? (vous suffoquez, vos protéines se dénaturent, vous n’êtes plus rien « qu’un morceau de viande ») ; « Si… vous étiez élevé par un vautour ? (se nourrir deviendrait problématique : votre système immunitaire n’est pas « conditionné » à « manger des carcasses ») ; « Si… vous visitiez une usine de Pringles et tombiez de la passerelle (vous voilà découpé en petits ovales, frits et assaisonnés) ;  Si… vous consommiez, en un jour, autant de biscuits que Cookie Monster en une semaine, soit l’équivalent de plus d’une centaine ?  (votre estomac atteint vingt fois sa taille normale, et frôle l’éclatement, sans parler des risques d’arrêt cardiaque).

Cassidy et Doherty nous chagrinent, toutefois, en révélant que des trucs qu’on croyait « tellement mortels » sont tristement inoffensifs.  Cette pièce de monnaie, lancée du sommet de l’Empire State Building, ne nous fera pas, en frappant notre caboche, un trou dans le crâne (elle tombe à plat, sans danger). Ce sable mouvant, qu’on croit prêt à nous engloutir, selon la grande tradition hollywoodienne, n’a, en réalité, aucun mort avoué à son compte dans toute l’histoire : on y flotte dessus encore plus facilement que sur l’eau.

Dommage, un vilain, à l’écran, qui s’enfonce dans une masse sablonneuse, c’est aussi jouissif qu’une méchante sorcière de l’Ouest qui fond, qui fond…

 

  Être avalé par une baleine et autres façons improbables de mourir.  Cody Cassidy et Paul Doherty, First éditions.

 

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Temps des Fêtes (novembre / décembre)

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Hiver (janvier à mars)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaire régulier

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Temps des Fêtes (décembre)

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Été (juin à août)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo