8Oct
Christian Vachon
Histoire

Quand l’Ouest américain jasait français

En préambule, notez que Gilles Havard sera à la librairie Pantoute du Vieux-Québec pour un entretien avec Robert Vézina le 22 octobre prochain! Retrouvez les détails ici.

L’historien Gilles Havard s’investit à fond dans sa mission :  redonner une place honorable à l’aventure française, ou franco-indienne devrait-on dire, en Amérique du Nord, une aventure qui, loin de se cantonner à l’actuel territoire du Québec, est grandiose.  Imaginez, jusqu’au milieu du XIXe siècle, une couche de francité s’étend sur tout l’ouest du continent.  Dans ces prairies, où l’Amérindien demeure souverain, des hommes libres, des Européens, ni conquérants, ni civilisateurs, les parcourent, faisant la traite des pelleteries,  parlant la langue de Molière.  Mais cette aventure, toutefois, souffre d’un absurde manque d’attention, comme si elle s’est évaporée à jamais.   Le chercheur français la fait revivre, donc, dans son dernier essai L’Amérique fantôme.  Les aventuriers francophones du Nouveau Monde, publié chez l’éditeur Flammarion Québec, où il relate, sur le mode biographique, à travers le destin de dix personnage hors normes :  des coureurs de bois, des explorateurs, des guides, qui ont marché et navigué sur tout le continent, de l’Est à l’Ouest, l’histoire insoupçonnée de cette Amérique francophone.  En dix chapitres, un pour chaque personnage historique, notre vision du passé de l’Amérique du Nord s’en trouve bouleversée à jamais.

Gilles Havard a consacré près de dix années de recherche pour nous livrer ces fascinants portraits, exhumant des artefacts, interrogeant même des descendants, pour éclairer l’épaisse pénombre qui recouvre la vie de plusieurs de ces personnages, dont certains, analphabètes, n’ont laissé aucune trace écrite, ou, parfois, tente de trouver un juste milieu entre les légendes dorées ou noires qui courent sur leur compte.

Les premiers aventuriers de cette Amérique francophone (à l’exception de ce Pierre Gambie, héros malheureux de cette pitoyable colonisation française de la Floride, au XVIe siècle) : Étienne Brûlé, Radisson, Nicolas Perrot, les frères La Vérendrye, sont bien connus, ici au Québec, pour qui sont le moindrement familiers de l’histoire de la Nouvelle-France (sinon, chaleureux remerciements à Gilles Havard pour faire reluire, à nouveau, leur vie).

Plus percutantes, plus enrichissantes, sont les dernières biographies, celles des Jean-Baptiste Truteau, Toussaint Charbonneau, Étienne Provost, Pierre Beauchamp.  Elles nous révèlent une histoire de l’Amérique française qui ne s’arrête pas,  loin de là, à la chute de la Nouvelle-France, en 1763.  Elles nous font découvrir des gens d’ici, nés dans le Québec actuel, qui vont continuer à circuler  à travers tout l’Amérique, pendant encore un siècle, ni en vainqueurs, ni en vaincus, en cohabitation avec les Amérindiens, observateurs d’eux, observés par eux.

Ils sont magnifiques ces aventuriers francophones :  Jean-Baptiste Truteau, né à Montréal, en 1748, explore, à la fin du XVIIIe siècle, à partir de Saint-Louis, tout le vaste territoire amérindien à l’ouest du Missouri ;  Toussaint Charbonneau, né à Boucherville, en 1767, sert de « truchement », d’interprète aux anglo-saxons Lewis et Clark, au début du XIXe siècle, un homme indispensable à leur grande traversée de l’Ouest ;  le naturaliste Audubon fait appel au meilleur connaisseur des territoires de  l’Ouest du temps, à « l’homme des montagnes »  Étienne Provost, né à Chambly, en en 1785, pour se rendre aux Rocheuses, en 1845, une expédition (Audubon a été élevé en Bretagne) qui se passe exclusivement en français ;  Pierre Beauchamp, né à Montréal, en 1809, laisse de profondes traces de francité chez les Arikaras, les Mandanes, les Gros-Ventres : les « trois tribus » du Dakota, passant une trentaine d’années de sa vie parmi eux (sans vivre comme eux), apprenant à les connaitre, et à détester, comme eux, les Sioux.

Tous ces héros sont engloutis par la grande histoire des États-Unis, occultés par le triomphe de la « destinée manifeste » anglo-américaine sur la « sauvagerie amérindienne »  (on ne peut imaginer un Ouest américain autre «qu’un espace en attente d’être conquis », un Ouest américain autre qu’anglo-saxon), effacé par le puissant imaginaire du western qui s’active, par les écrits, puis par le cinéma, dès la fin du XIXe siècle.

Le souvenir du montagnard, du trappeur de l’Ouest, est celui d’un Kit Carson plutôt que d’un Étienne Provost. Parfois, dans ce récit unique de l’histoire de l’Ouest, de ce mouvement « civilisateur » de colons venant de l’est des États-Unis, surgit, en périphérie, cette curiosité incongrue, risible, ou même pire (comme le «démoniaque » Toussaint Charbonneau du film The Revenant de 2015) : le francophone.

Elle laisse tout de même des traces permanentes l’aventure française en Amérique du Nord.  Elle persiste dans la toponymie de l’Ouest américain, dans les noms, entre autres, d’une ville comme Pierre, au Dakota du Sud, ou de rivières comme Platte, ou Belle Fourche.  Un gallicisme, « prairie », s’est même imposé dans l’anglais américain.

Gilles Havard nous rappelle, enfin, qu’il n’avait rien de « manifeste » dans cette conquête anglo-saxonne de l’Amérique, qu’il faut établir une « nouvelle généalogie » de l’histoire américaine, une généalogie, autre qu’une expansion coloniale, qui souligne que, pendant plus d’une siècle aventuriers européens et habitants autochtones jasaient en français dans tout l’Ouest américain.

 

L’Amérique fantôme.  Les aventuriers francophones du Nouveau Monde.  Gilles Havard, Flammarion Québec

 

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires habituels

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Juillet et août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Loretteville

  • 10885, Boulevard de l'Ormière
  • Québec (QC) Canada
  • G2B 3L5
T 418 380-5716 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires

Lundi: 10h-22h
Mardi: 12h-22h
Mercredi: 12h-22h
Jeudi: 10h-22h
Vendredi: 10h-22h
Samedi: 10h-22h
Dimanche: 11h-19h

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo