20Juil
Christian Vachon
Biographies

L’homme derrière ces guitares québécoises qui font le tour du monde

Robert Lepage, Céline Dion, Le Cirque du Soleil, elles sont nombreuses les personnes, les institutions, qui font la fierté du Québec partout dans le monde.  Mais cette liste, pour prétendre est complète, ne doit jamais oublier d’inclure le nom du prestigieux artisan et créateur Robert Godin.

Le plus important fabricant de guitares, en Amérique du Nord, n’est ni Gibson, ni Fender, mais Godin.  Ses instruments sont vendus dans 98 pays.  Ses connaissances en font une véritable star dans le milieu musical, un héros pour les membres de Metallica.  Roger Waters, Bruce Springsteen, Paul McCartney, David Gilmour jouent de ses guitares.  Une aventure incroyable, certes que celle de Robert Godin, une aventure trop longtemps méconnue.

C’est maintenant corrigé depuis ce printemps.  La journaliste Johanne Mercier nous fait enfin découvrir ce success-story, ce « trésor caché du Québec inc. » dans L’homme derrière les Guitares Godin, publié aux éditions de l’Homme.

L’enquêtrice nous révèle, entre autres, les secrets de cette réussite :  la recherche, l’inventivité, l’audace.  Robert Godin, elle en multiplie les preuves, sait sortir du lot en ne « faisant jamais rien comme les autres ».  Robert Godin, surtout, possède cette autre grande mérite, il est de la race des artisans qui conquiert le monde « sans jamais perdre leur passion créatrice ».

Et sa passion, c’est la guitare, cette guitare qui représente, pour lui, une quête d’absolu («il n’y a qu’un arbre sur 200 qui soit digne d’une guitare »), cette guitare qui lui a offert, tout simplement, un sens à sa vie.

La découverte, au milieu des années cinquante, de cet instrument est miraculeuse pour Robert Godin, gamin de sept ans, du quartier Villeray de Montréal, qui déteste l’école.  Il se paie, à dix ans, en vendant des journaux, une guitare jazz de cent dollars.  Il abandonne, dès le début de l’adolescence, les monstrueuses salles de classe, pour devenir vendeur dans un magasin d’instrument de musique, un rêve devenu réalité, « être entouré, au quotidien, de guitares ».

Le jeune homme, avec ce don d’autodidacte, cherche à comprendre la mécanique de la guitare.  Il se distingue, déjà, en parvenant à reproduire, sur une guitare, avec des cordes de banjo,  le thème du Hawaii 5-0 des Ventures.  «Ça m’a mis au monde ».

De la vente et de l’expérimentation,  il passe maintenant à l’étape de la fabrication.  Il s’associe, à 22 ans, avec Normand Boucher, un fabricant de cadres de fenêtres, pour bricoler (avec les spécifications de Robert) la Norman.  La collaboration s’avère fructueuse – l’instrument a un bon succès- mais ne dure que quelques années.  Robert voit plus haut, plus loin.  Il va vivre seul, à la fin des années soixante-dix, une nouvelle aventure, celle des Guitares Godin.

Il fait la tournée, avec sa vieille Econoline remplie de guitares, des magasins de la Nouvelle-Angleterre, laissant venir « l’acheteur à lui ».  Plus de quarante plus tard, ayant cette facilité à « vendre du rêve », ses six usines, au Québec et aux États-Unis, emploient plus de 700 personnes, produisent et exportent, sur tous les continents du monde, du Cambodge au Chili, près de 200 000 guitares par année, en différents modèles.  L’Econoline, quant à lui, a finit sa vie, il y a longtemps, avec plus de 300 000 milles au compteur.

Qu’est-ce qui fait la renommée des Guitares Godin ?  Robert cherche d’abord à créer des guitares intéressantes et novatrices à prix moyen, à l’exemple de sa Seagull, qui lui a permis, au début des années quatre-vingt, de percer le marché nord-américain, ou, en 2008, de sa 5th Avenue, un « modèle rétro à prix rétro ».  « C’est facile de faire une bonne guitare à 3 000 dollars, mais beaucoup plus compliqué d’en faire une bonne à 300 ».

Ensuite, c’est bien simple, il s’agit bêtement de combler un besoin manifesté par les musiciens.  Et il y parvient fréquemment.  Il le réussit, entre autres, avec,  à la fin des années quatre-vingt,  l’Acousticaster, qui jumelle « le confort de l’électrique à la richesse du son de l’acoustique », avec, au début des années quatre-vingt-dix, la Multiac, qui amplifie le son des guitares classiques pour les joueurs de musique latine, et, enfin, à la fin des années quatre-vingt-dix, avec la LGX (Longscale Guitar Hexaphonic), un autre hybride acoustique, qui permet d’obtenir des sons plus mélodieux, de nouvelles textures sonores.  Steve Stevens, le guitariste de Billy Idol, ne jure que par elle.

Décennie après décennie, Robert Godin est à la quête de nouveaux marchés, de nouvelles expériences. Il analyse, pendant trois ans, les « entrailles » de l’oud (l’ancêtre du luth), et parvient, en 2011, a faire entrer dans la modernité cet instrument quatre fois millénaire, en amplifiant, grâce au Multioud, son son, en en faisant, ainsi, un instrument « convivial », pouvant, enfin, être joué en orchestre.

L’aventure, toutefois, tire à sa fin.   Depuis le début des années 2019, Robert a cédé la gestion des Guitares Godin à ses deux fils Simon et Patrich (Marie-Claude, sa fille, «sa belle complice », est décédée, le drame de sa vie, en 1993, happée, en vélo, par un autobus). Mais sa quête d’absolu demeure.  Il pense toujours guitare, même en faisant sa marche quotidienne.  Il transmet son savoir aux étudiants du Berklee College of Music de Boston, ou lors de cliniques dans des magasins, à Tokyo, à Bordeaux, ou à Blainville.  « Le monde aime les histoires et j’en raconte des bonnes ».  Il peut conter cette fois où il rencontre, curieux retour des choses, Nohie Edwards, le guitariste des Ventures, jouant, à 80 ans, avec sa Multiac.  Ou, mieux, parler de sa mère qui a tant tardé à comprendre que son fils, qui a quitté l’école à 15 ans, possédait maintenant d’immenses usines.

Et lui, qui appris à jouer du « mauvais côté » dans sa jeunesse, il souhaite maintenant prendre, enfin, des cours de guitare gaucher.

L’homme derrière les Guitares GodinJohanne Mercier, les éditions de l’Homme.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaires habituels

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Juillet et août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Loretteville

  • 10885, Boulevard de l'Ormière
  • Québec (QC) Canada
  • G2B 3L5
Courriel

Heures d'ouverture

Horaires

Lundi: 10h-22h

Mardi: 12h-22h

Mercredi: 12h-22h

Jeudi: 10h-22h

Vendredi: 10h-22h

Samedi: 10h-22h

Dimanche: 11h-19h

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo